Festival de pièces courtes - CODATYV


Avril 2018
Exposition de Jean Michel Ribes - Mise en scène : Dominique Nain
Marie-Françoise Fayette - Catherine Nain-Bahon - Patricia Rault - Nadine Sol - Hervé Cornu






*************
mai 2017
Un crâne sous une tempête

de Abraham Dreyfus

 Anne-Lise Ferraro et Dominique Nain 







*************
 mai 2016
La Pénitence de Courteline
Philippe Barrière et Brigitte Renault

Je veux voir Mioussov

Comédie en 3 actes de Valentin Kataïev
Metteur en scène : Philippe Lopez
Reprise de la Mise en scène : Harold Barrault

Décors : Yannick Burguet et Didier Laffaire

Le camarade MIOUSSOV est un honnête fonctionnaire qui, pour passer un dimanche en paix, est venu se détendre dans la distinguée maison de repos « Les Tournesols » (où mieux vaut être célèbre pour entrer…). 
Mais voilà, le monde entier semble décidé à troubler son repos bien mérité, à commencer par le camarade Zaïtsev, qui cherche désespérément à le joindre pour lui faire signer un bon de livraison (quitte à se faire passer pour le mari d’une femme ingénieur agronome réputée), puis c’est le tour de Mme Doudkina, nymphomane incandescente qui le poursuit de ses assiduités, suivi du mari menaçant et affolé… 
La bourgeoise maison de repos, menée d’une main de maître par la bien nommée Directrice et tout son personnel zélé, devient progressivement le lieu de quiproquos en cascades, de rebondissements incessants et de psychodrames improbables. 
Décidément, il devient de plus en plus difficile de s’y reposer…

Claude Valente puis Dominique Nain
Charles Dubois 
Nadine Sol
Philippe Barrière
Catherine Scordel puis Noémie Mayer
Anne-Lise Ferraro
Marie-Françoise Fayette
Jean-Loup Martin
Brigitte Renault
Adeline Riom puis Catherine Bahon
Frédéric Rinck puis Stéphane Colombat
Avec l'aide précieuse de Josiane Mourot, Michel Albert et Séverine Prevot.

Festival "Les trois coups" de La Tania juillet 2016
Festival de Théâtre de Maisons-Laffitte mai 2016 - Mesnil-le-Roi - Le Pecq, Festival "Mort de rire" de Saint-Cyr-L'Ecole - Menucourt - Gaillon-sur-Montcient 
Auteuil-le-Roi - théâtre Darius Milhaud de Paris

cliquer ici.
Ici photos : Je veux voir Mioussov !


Prix de la FNCTA obtenu lors du premier festival
"Mort de rire" de Saint Cyr l'école 2014




Extraits vidéo 
  
"Un grand bravo pour vous tous, pièce très sympathique jouée avec brio."
"Rythme soutenu, pas de temps mort, de l'énergie du début à la fin, un challenge pas facile à relever quand on est amateur !"
"Nous avons passé une excellente soirée (...) nous avons ri aux larmes, et nous n'étions pas les seuls!"




Le petit monde de Courteline



Description : Description : http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e6/Hensunken_i_stum_beundring.gif
La Cinquantaine
(musique de Paul Delmet)
La femme (Elodie)  :  Brigitte RENAULT
L’homme (Benjamin)  :  Michel Albert
 Description : Description : http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e6/Hensunken_i_stum_beundring.gif
Le Gora
Bobéchotte  :  Catherine SCORDEL
Gustave  :  Claude VALENTE

Avant et après
Marthe  :  Josiane MOUROT
René  :  Michel Albert

Monsieur Badin
Ovide  :  Jean-Loup MARTIN
Le Directeur  :  Charles DUBOIS
Monsieur Badin  :  Harold BARRAULT

L’Extra-lucide
Madame Prudence  :  Josiane MOUROT
Monsieur Ledaim   :  Claude VALENTE

La Pénitence
L’Abbé Bourry   :  Philippe BARRIERE
Claudine  :  Nadine SOL
Jeanne  :  Anne-Lise FERRARO

L’Honneur des Brossarbourg
La Baronne    Marie-Françoise FAYETTE
Le Baron    Jean-Loup MARTIN

Un mois de prison
Marthe Passoire    Nadine SOL
O. Courbouillon     Claude VALENTE

Les Boulingrin
Félicie  :  Catherine SCORDEL
Des Rillettes  :  Philippe BARRIERE
Madame Boulingrin   :  Anne-Lise FERRARO
Boulingrin  :  Charles DUBOIS


Dans un assemblage de courtes pièces délicieusement drôles, la Compagnie de Long’Œil, fait surgir devant le spectateur tout le petit monde si cher à COURTELINE : le mari lâche, irascible et menteur, la femme légère, écervelée ou mégère, le fonctionnaire ahuri… Les noms des personnages sont à eux seuls déjà tout un programme et rendent compte de la part de bouffonnerie et de folie de chacun : Bobéchotte jacasse, M. Boulingrin fulmine pendant que Mme de Brossarbourg minaude …
En observateur facétieux et avisé des mœurs de son temps, ce grand Monsieur du théâtre qu’est Courteline se plaît à décrire le milieu petit-bourgeois et à montrer avec malice les faiblesses et mesquineries humaines (qui, elles, sont de tous les temps !)… « Je prends le droit de rire des petites misères qui ne valent pas la peine qu’on en pleure », se plaisait-il à dire, et c’est bien le quotidien et la vie qui sont placés ici au premier plan.
Il nous offre en effet des tranches de vie saisies sur le vif : la vie bureaucratique avec Monsieur Badin, les histoires de couples avec Avant après et de « liaisons » avec Le Gora, les scènes de ménage fracassantes chez Les Boulingrin pour n’en citer que quelques-unes. Avec un sens aigu du détail cocasse, drôle et mordant, il nous propose des portraits sans concession, caustiques même : que penser de cette respectable Marthe Passoire qui semble vivre une véritable tragédie ?
Un couple légèrement aviné pousse la chansonnette pour ouvrir le spectacle avec La Cinquantaine et le rythme est donné : vont se succéder alors des personnages surprenants et loufoques, comme cette extra-lucide futée et âpre au gain  ou ce curé pressé, essayant d’adapter tant bien que mal le niveau de la pénitence au degré de gravité de la faute. Pas simple, manifestement… Et tout cela, dans un style alerte et une langue savoureuse. Les répliques fusent de toutes parts !
Avec un vrai talent d’amuseur public — au sens noble du terme —, Courteline est capable de faire rire en toute simplicité, en dressant de véritables croquis satiriques de la nature humaine. Un rire rafraîchissant, qui fait du bien et permet de relativiser les « petites misères » du quotidien.

Qui est Georges Courteline (1858-1929) ?

Son vrai nom est Georges MOINEAUX. Il est le fils de Jules MOINEAUX, chroniqueur et vaudevilliste qui fait carrière dans l’humour, sous le Second Empire. Georges fait le désespoir de sa famille : cancre obstiné, piètre soldat et fonctionnaire épisodique au Ministère des cultes, il ne semble doué que pour le farniente. Au Collège, un professeur lui avait dit :  « Continuez de vous laisser aller à votre nature, suivez vos penchants, écrivez ce qui vous vient à l’esprit… » Georges trouve dans l’écriture un véritable refuge.
Ardent versificateur, il se forge un style précieux et précis. En 1881, il publie un poème dans le premier numéro de la revue littéraire, Paris-Moderne, sous le pseudonyme de Georges COURTELINE.
Dans ses courtes pièces, il décrit des petites comédies humaines, met en scène des personnages comiques de différents milieux. Lui qui prétendait ne pas avoir d’imagination a créé en tout 344 personnages !
La reconnaissance du public, comme celle de la critique, lui valent de voir certaines de ses pièces inscrites au répertoire de la Comédie-Française : Boubouroche, La Cruche, La Paix chez soi, La Conversion d’Alceste… Pour sa création impressionnante, il reçoit la Légion d’honneur en 1899 et est admis à l’Académie Goncourt en 1926. Courteline repose au cimetière du Père-Lachaise.
On parle de « situation courtelinesque » lorsque quelqu’un est plongé malgré lui dans une situation inextricable. 

Courteline a écrit... :
« Il vaut mieux gâcher sa jeunesse que n’en rien faire du tout. »
« Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet»


Photos des répétitions






Je veux voir Mioussov !




Spectacle Courteline

Avant et après

Monsieur Badin


La Pénitence

L'Honneur des Brossarbourg



Un mois de prison

Les Boulingrin



Sisyphe à Corinthe

Sous le ciel de Corinthe, le soleil écrase la terrasse d’une petite auberge isolée.
Un journaliste, informé d’un phénomène inouï, bouleversant l’ordre établi, vient en rencontrer les protagonistes.
Au cours de son enquête, il assistera et participera à l’échec de Sisyphe dans son combat.

Quelques photos des répétitions...